Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2010

Et encore...

A demain

 

J'ai la main tenant,
Un coeur enflammé.
Délicieuse idée,
Un peu en rêvant.

Je ne saurais dire,
Ce que je ressens.
Profonds sentiments,
Possible à venir.

Mais je reste là,
Par procuration,
Imagination,
Attendant le "La".

J'ai là, maintenant,
Le coeur desséché,
D'un abandonné,
Un peu trop rêvant.

Le coeur sec.jpg
Le coeur sec (1991), de Waljé

 

 

 

30/10/2010

Et j'en avais encore besoin...

Réciprocité

 

Si c'est sur sa tête que des cordes tombaient
Alors c'est ma gorge qui en était noué

Si c'était son tour que l'on avait sauté
Alors c'est moi qui me trouvais à chuter

Si c'était sa parole qu'on avait coupé
Alors c'est de mes veines que le sang coulait

Et si c'était ses yeux qui me regardaient
Alors je plongeais, alors je me noyais

Le jour hélas, où, elle devra s'en aller
Alors mon cœur se retrouvera arrêté

Mais comme une mandarine sans ses pépins
Je ne me souviens que de son goût sucré
Alors c'est ainsi que sans aucun regret
Je peux accepter, mon tout nouveau destin

 

uploaded_images1206_ClementineCorse-728356.jpg

 

 

(Pour la dernière strophe, j'hésite avec celle-ci autrement:

Comme une mandarine, dont on ne garderait
En enlevant, ses tout petits pépins
Que son subtile et délicieux goût sucré
Je peux accepter, mon tout nouveau destin

Quelle est celle que vous préférez?)

27/10/2010

Et besoin d'écrire...

En vie

 

Comme une envie d'ailleurs
Mais fuir est une erreur

Comme une envie d'ici
Mais pas d'cette façon ci

Comme une envie d'espoir
Dont je ne fais que croire

Comme une envie d'envie
Et alors je me dis

L'oiseau avait raison
Et je m'envole d'un bon

perouimagesi6342.jpg


28/05/2009

Et j'écris...

Sous-entendu

 

 

Sous la voute des étoiles,
La clar'té de la lumière,
Tente de réveiller la toile
Vivante de ce qu'on espère.

Je portais alors ma tê-
Te, vers cet' sourc' de couleur,
Prenais le chemin d'la forêt
Vibrante sous le vent rieur.

Sous la voute des étoiles,
Mes joies, mes rêves et mes
Doigts, me guident vers les voiles
Agiles, des arbres désarmés.

Tu portais alors ta tê-
Te, vers cette source, et te
Laissais guider, calmes et
Docil'. La vie n'est que fête.

01/01/2009

Et voici venu le temps...

Vous vous souvenez que j'avais parlé d'un montage vidéo que je voulais faire? Mais si, j'en avais parlé vite fais ici (vraiment vite fais oui, j'avoue)
Et bien je l'ai fini à temps.

Avertissement:
Je préfère vous prévenir, amis bloggueur, que certaines images peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes et que votre moral risque d'en prendre un coup.

 

11/12/2008

Et j'écris...

Réunion

Une bougie sans flamme,
Quand un briquet vient,
Imbriqué dans une main
Afin qu'elle s'enflamme.

21:45 Publié dans Poeme | Lien permanent | Commentaires (8)

26/08/2008

Et j'écris...

Une discussion msn qui part n'importe comment, une reflexion bizarre: "un rembrandt sans clair-obscur, c'est comme une révolution sans culotte" (je ne vous expliquerai pas le cheminement de la réflexion) et ensuite voila ce que ca donne:


Gaspar était un petit lapin blanc qui gambadait joyeusement dans sa prairie natal; lorsque soudain, survint caché derrière les bosquets, un énorme loup gris.
Gaspar prit de terreur, s'en alla prévenir le village voisin:
"courez, courez!" criait-il. "le loup attaque le village"
Mais que nenni, les villageois étaient bien trop occupés à regarder Arthur à la télé. Alors, Gaspar prit son courage à 2 pattes et reparti  a l'encontre du loup. Arrivé à la lisière de la forêt le lapin prit à partie le féroce canidé sauvage!

"Et toi, méchant loup gris, que fais-tu dans les parages?"
le loup lui répondit:
"je m'en vais me venger des villageois. Ils ont coupé tout les arbres de ma forêt"
le lapin était perplexe:
"je suis perplexe..."
Mais Gaspar n'était pas amis des hommes. Combien de fois avaient-ils voulu le léCIVET?
Alors Gaspar accompagna le loup jusqu'au village. Les villageois étaient toujours à se vider l'esprit devant la diabolique télévision. Le loup n'eut qu'a ouvrir grand sa gueule pour engloutir les villageois.
Fort repu de ce carnage, le loup remercia le lapin, en lui offrant le terrain de Philibert, l'agriculteur spécialisé dans les carottes géantes. Le loup continua son chemin, le long des sentiers, a la lisière des forets.

moralité:
si la forêt tu détruis,
ne t'abrutis pas devant MTiVi
et ne fais pas confiance a ce connard de lapin
Ou tu finiras dans un intestin



FIN

désolé...

^^