Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2008

Et un chti dernier pour la route...

En toute honnête et pour être franc... J'EN AI MARRE DES CHTI!!!!!!!

Je n'ai rien contre eux, les chti sont sûrement très chaleureux, très ouvert... mais pas plus que les alsaciens, les auvergnats, les vendéens, les bretons, les parisiens...
Alors oui, peut être que le film de Dany Boon est très bon (je ne l'ai pas vu) mais ça suffit. Arrêtez de nous servir du chti a toute les sauces. Des soirées spéciales chti, des émissions avec que des chti, des débat du style "les chti sont-ils les plus gentil de France?"
Il y a quelques mois si on parlait de chti, il n'y avait que les stéréotypes qui sortaient. Tout les chti étaient des beauf, inculte ou je ne sais quoi et maintenant c'est limite si on se fait lapider si on ose critiquer les gens du nord.

Et puis, profiter du succès du film pour se faire de la pub politique... eurf eurf, je trouve ça plutôt limite. A moins de sortir de votre hibernation annuelle, vous n'avez pas pu manquer le "scandale" de la banderole "raciste" de la finale de la coupe de la ligue: PSG-Lens.


topelement.jpg
Cette banderole qu'on ne voit pas vraiment sur cette photo


Je suis d'accord, cette banderole était stupide, méchante et pas vraiment recherché. Mais je ne penses pas qu'elle était raciste. Pour moi c'était une blague satirique de vraiment très mauvais goût. Alors pourquoi ce scandale? Tout simplement parce que N.S. a trouvé là un bon moyen de reprendre 1point d'opinion favorable, en surfant sur la vague du film. En se levant en plein match, pour ordonner qu'on enlève cette banderole qui "blesse le respectueux peuple du nord et porte atteinte par le même cheminement à la France entière" (ce n'est pas ce qu'il a dit mais ça doit être la réflexion suivit). S'en suit un véritable branle-bas de combat, digne d'un épisode des experts, pour retrouver les coupables de cette ignominie.

Alors que pendant ce temps, les imitateurs de macaques, hurlant leur stupidité à chaque touche de balle d'un joueur d'avantage mélaniné qu'eux, peuvent impunément faire passer leurs propos racistes, sans craindre, ne serait-ce qu'une fois, de voir la caméra des stades se diriger vers leur faciès fort disgracieux. Où est donc le racisme. Ceux qui posent une banderole stupide ou ceux qui balancent des bananes, brandissent des drapeaux datant des années 1940 et dressent fièrement leur bras au dessus de leur tête ayant plus de poils sur le crâne que de cervelle dans la tête.

Et bien il y a un autre racisme quelque part. Un racisme plus discret mais bien présent et incidueux. Un racisme significatif sur l'état de la France actuellement. Alors que le racisme envers les "pigmentés" ne semble pas choquer d'avantage que ça l'opinion française, il suffit d'une banderole, une fois, pour que la France entière se mette à soutenir ces victimes de la crétinerie humaine. En France, sommes nous d'avantage égaux si nous sommes blanc???

 Vive les Hommes et mort aux cons!!!
 

22:03 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Le film de Dany Boon est très bon, je le confirme !
Mais c'est vrai que les gens en profitent trop pour les soirées à thèmes etc... Ou les gens qui ont des sonneries "hey ch'ti biloute" et cie... Le pire ? Ceux qui se mettent à parler chti ! Je l'ai fait le soir où je l'ai vu, pour rire, comme ça quoi ! Mais maintenant, on entend des "biloute", des "heeeeeeeeeeiiiiiiiiiiin" limite à chaque coin de rue... Y a des moments, faut arrêter la déconnade !
Les chtis sont sûrement très accueillants, autant que les autres français. Mais le truc, c'est qu'ils ont eu le souci de l'image pendant de nombreuses années, jusqu'au film en fait. Moi, avant, on m'disait "le nord de la france c'est quoi pour toi ?", du tac-au-tac je fonçais sur les stéréotypes les plus connus : pauvres, pôrlent cômme çô, picole etc...
Maintenant, moins. Certes, le film joue beaucoup sur ces préjugés mais c'est tout!

Pour la banderole, je ne suis pas de ton avis. On ne met pas une banderole aussi imposante juste-pour-rire et qu'on-a-un-petit-pois-à-la-place-du-cerveau. Non. C'était raciste. Je pense aussi que l'un des gros souci c'est qu'une telle banderole ait pu entrer dans le stade, sans qu'aucun vigile ne la décelle, surtout qu'elle était en plusieurs morceaux...

Écrit par : Headbanging | 24/04/2008

Le coup de la banderole : stupide. Mais je pense que ça aurait valu pour n'importe quelle autre région : s'ils avaient affronté Bordeaux, ils auraient mis "Girondins". Sauf que là, y a eu le film, ça les arrangeait bien, ils sont cons, voilà. Pour moi, c'est à égalité (voire moins pire) que le racisme "primaire", quand les supporters imitent les singes dès qu'ils voient un Noir arriver sur le terrain. Parce que ce n'est plus motivé seulement par la jalousie...
J'imagine que NS a jugé le racisme inter-français prioritaire. S'il commence à laisser certains régions cracher sur d'autres, ça va plus très bien aller pour la France - et donc pour lui.
Maintenant, je trouve qu'il devrait AUSSI porter attention au racisme inter-couleurs...

Au sujet du film : moi, je trouve ça plutôt sympa, ce revers de médaille. Bien sûr, ç'aurait peut-être été pareil avec les Bretons, les Corses ou les Alsaciens... Mais je trouve cool que des minorités affublées de clichés pourries retrouvent un peu grâce aux yeux des autres !! Pour les Ch'tis, il était temps quand même...

Écrit par : Laure | 25/04/2008

headbanging: Je reste convaincu que cette banderole n'était pas raciste. C'est, si on veut, de la diffamation. LA chose la plus inquiétante, que la banderole soit raciste ou non, c'est qu'elle ai fait d'avantage réagir que toute les insultes a caractère raciste qui envenime les stades.

C'est justement parce que la banderoles était en petits morceaux qu'elle a pu rentrer dans le stade. Les vigiles n'ont pas prêté attention.

Laure: Totalement d'accord avec toi, sur les 2 sujets ^^

Écrit par : Daweed | 28/04/2008

Les commentaires sont fermés.