Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2008

Et mai 68 à 40ans...

Petit anniversaire pour les événements  de mai 68 qui ont pris naissance le 22 mars 1968 à Nanterre.

Contexte de l’époque:
Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les mœurs change et ont aspire a d’avantage de liberté. Néanmoins, la société ne change pas et le enfant du baby boom sont ceux qui ressente le plus cette différence. De plus le nombre d’étudiant ayant explosé -du fait du baby boom 20 ans auparavant- Il n’y a pas assez de place en fac et les amphithéâtres sont  surchargé.
A l’apogée des trente glorieuse les déséquilibres commence a apparaître, le chômage augmente touchant tout particulièrement les jeunes et le pouvoir d’achat diminue.

Déroulement:
Le mouvement du 22 mars 1968 avait pour but de protester contre les répression policière et pour  le droit des étudiant d’aller dans les locaux des étudiantes (alors que l’inverse était déjà autorisé). Suite a ces protestations, les forces de l’ordre pénètre dans les locaux de l’université -or à l’époque et depuis le moyen age,  la police n’a pas le droit de pénétré dans les universités-
 
1168035567.jpg
 
Ces événements entraîneront la création d’une liste noire visant à interdire les cours a certain étudiant -dont Daniel Cohn-Bendit qui à même reçut une notification pour quitter le territoire-.
L’occupation de l’université de Nanterre entrera sa fermeture par décision du doyen et le mouvement se déplacera alors à la faculté de la Sorbonne. Mai 68 naît alors vraiment. Pour dénoncer des peines de prisons prononcé a l’encontre d’étudiants, des manifestations s’organisent, avec la construction de barricades.
 
855189686.jpg
 
Les CRS dépassé par ces événements et n’ayant pas la possibilité de charger -à l‘époque les CRS ne pouvait que répliquer aux violences- laissent ces construction se faire. Il s’en suit alors une rancœur de la part des force de l’ordre à l’encontre des étudiants.
 
 
2141233812.jpg
 
Pour le moment, les syndicat ouvrier refuse de soutenir le mouvement, trouvant les revendication puérile. De plus pour eux,une révolution est censé venir des ouvriers et non des étudiants. Néanmoins, les ouvriers finissent par rentrer dans le mouvement. S’en suit alors des manifestations spontanée qui aboutiront a une grève générale le 22 mai où 10 millions de personnes ne travailleront pas.
 
1156314655.jpg  2048936537.2.jpg
Les voitures brulé ne sont pas une invention des jeunes des banlieues
 

La disparition de De Gaules à la fin du mois, sème trouble au sein du gouvernement. On parle de démission du président et des élections anticipé sont envisagées. De plus une manifestions du parti communiste fait craindre un coup d’État. Mais le Président revient  et organise une immense manifestation sur les champs Élysée le 30 mai 1968, ce qui inversera l’opinion publique qui soutenait de moins en moins le mouvement étudiants. Le même jour, l’assemblé est dissoute et les élection de Juin 1968 donneront une large victoire aux Gaullistes.
 
1332873221.jpg
 
 
Les événements prendront vraiment fin le12 juin 1968, où le « Mouvement du 22 mars » sera dissout.

Même si mai 1968 prend fin sur une victoire des Gaullistes, ces événement ont profondément changer la face de la société française.

Aujourd’hui:
Serait-il possible qu’il y ai un nouveau mai 1968 de nos jours?
Si nous regardons le contexte actuelle, nous y trouvons plusieurs point commun. Problème économique avec une diminution du pouvoir d’achat et une augmentation du chômage. Les différence sociales sont de plus en plus marqué, commençant à créer un fossé et donc des classes sociales. Les jeunes sont de plus en plus stigmatisé et ce de la part même de l ‘État. Un gouvernement qui ne voit pas le problème monter ou du moins qui refuse de s’y attaquer… Néanmoins deux point important manque:
 
1/  Les différence de mœurs ne sont pas aussi marqué. Contrairement à 1968, la jeunesse ne refuse pas en masse de suivre la voix de leur parents. Au contraire l’attente principal est de « rentrer dans le moule »
2/ Point tout aussi important, les événement des mai 1968 ont laissé des marques. Les gouvernement savent comment réagir avant que les manifestations ne prennent trop d’ampleur. Les CRS n’attendent plus avant de charger et ainsi la construction de barricade est rendu impossible. Tout mouvement de type de mai 68 s’en retrouve ainsi coupé avant d’^être construit

Cela dit, certains événement du type du CPE montrent qu’il est possible d’organiser des manifestation à long terme. Néanmoins le CPE n’aurait jamais pu aboutir à un « mai 68 ». En effet la population n’est pas prête a suivre ce mouvement et à engranger une grève générale et le étudiant eux même ne le souhaité pas -les AG n’avait pas pour but de se prononcer sur le but du combat à mener, mais sur la nécessité ou non de faire grève ou de bloquer les fac- De plus, nombre d’étudiant profité du blocage des fac pour rester chez eux, sans participer aux manifestations. Il faudra donc attendre quelque temps avant de pouvoir voir un nouveau mai 68 et surtout ne pas vouloir le provoquer. En effet tout mouvement de type « révolutionnaire » doit être spontanée et non organisé.



10:25 Publié dans actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

"rentrer dans le moule" ??? Beuuuuh retire ça espèce de dégoûtant ! Mes parents votent à l'opposé de moi-même et je tiens à garder mon esprit critique... Gare à celui qui me dira que je fais comme tout le monde !

Y a pas que les forces de l'ordre qui sont préparées à gérer ce genre de mouvements...
Regarde les nouveaux campus construits : impossible de bloquer un truc pareil !

Mais je trouve qu'il y a quand même plus d'écoute actuellement que sous De Gaulle (j'y étais pas, mais j'ai lu quelques témoignages !)... Et heureusement !

Écrit par : Laure | 23/03/2008

Laure: quand je dis "rentrer dans le moule" je veux signifier qu'il y a pas mal de gens qui ont beau critiquer ce qui se passe en ce moment, la seule chose qu'ils veulent, c'est de trouver un petit travail, cotiser, regarder TF1... En 68 c'était toute la société qui était remise en cause, aujourd'hui j'ai surtout l'impression qu'on critique mais qu'on ne rêve que de s'intégrer
Je ne met bien sûr pas tout le monde dans le même panier et je suis désolé si je t'ai vexé.
C'est ce qu'il faut faire, se détacher de l'opinion de ses parents pour se construire la propre sienne. Entre suivre ses parents et prendre leur contre pied ce n'est pas facile de trouver sa propre façon de penser sans avoir aucune influence de ses géniteurs.

Oui effectivement c'est toute la société qui est construite pour lutter contre ce genre d'action.

Plus d'écouter aujourd'hui qu'en 68... j'en suis pas sûr. On a beau parler et s'exprimer, j'ai pas l'impression qu'on est entendu. Avec toute les manifestation que j'ai faite (enfin toute c'est a dire 3 ou 4 ^^) a chaque j'ai eu l'impression de parler dans le vide.
Je pense surtout que le gouvernement fait semblant d'écouter. en 68 les jeunes n'était pas considéré comme pouvant avoir une opinion. Aujourd'hui on considère qu'ils en ont une mais on la remet en cause. Elles est soit manipulé par les politique, les syndicats, les médias... ou soit on la considère comme étant immature et fausse. Les choses change mais n'évolue pas...

Écrit par : daweed | 24/03/2008

Les commentaires sont fermés.